Bannière

Année pastorale 2016

Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux

Cathédrale

Construction de la nouvelle cathédrale.


Cliquez ici pour voir la progression de la construction.

Météo

Morombe °C
Tuléar °C
Antananarivo °C
  26.09.2017 Wetter Ostsee

Translation

French English German Italian Polish Portuguese Spanish

Recherche

Qui est en ligne ?

Nous avons 49 invités en ligne

Statistiques de 15/08/10

Affiche le nombre de clics des articles : 830729

Visiteurs de 30/10/11

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui108
mod_vvisit_counterHier542
mod_vvisit_counterCette semaine650
mod_vvisit_counterCe mois10726
mod_vvisit_counterTotal visiteurs532780
Accueil Société
PDF Imprimer Envoyer


La société des tribus originaires du diocèse (Sakalava, Masikoro, Bara, Vezo) se compose de grandes familles (raza), groupant les descendants d’ancêtres communs. Les membres d’une « raza » se reconnaissent à une marque des oreilles des bœufs, un nom, des interdits, une tradition (tantara-raza) c’est-à-dire l’histoire de la famille.

Chacun est membre des familles de son père et de sa mère, hérite des marques de bœufs, des noms, des interdits, des traditions de ses père et mère. En fait, la femme habitant chez son mari, la branche paternelle domine. Par exemple : si la femme accouche chez son propre père, parfois loin du village de son mari, à son premier accouchement, les enfants appartiennent toujours à l’homme.

On doit se pencher un peu sur cette reconnaissance, parce qu’elle est très intéressante. La marque d’oreilles des bœufs a un nom qui désigne le découpage, le pays d’origine, exprime un vœu, évoque les débuts difficiles du troupeau, témoigne de l’entente familiale. Par exemple, on utilise les noms de marques suivants : ravimboamanga=feuille de voamanga, taho-sotro=manche de cuiller, lelafeko=fer de hache, tavirimba=tesson. Le nom de famille rappelle l’ancêtre, le lieu d’origine, l’histoire familiale, une qualité ou un défaut. Il est souvent le même que celui de la marque des bœufs. Les interdits familiaux. Tous les membres d’une famille (raza) respectent les prohibitions ancestrales (fady). Les traditions affirment la puissance des interdits : qui touche à l’objet ou à l’animale « fady » meurt. Ensuite, les traditions familiales justifient la prohibition par des contes explicatifs, d’aspect rationnel. Tous savent dès le petit âge que violer l’interdit (fady) est égal à détruire la vie familiale. Cette réalité mythique prouve l’autorité ancestrale : il est presque impossible de changer les coutumes des aïeux. On voit et vie, par exemple tels interdits : porc, chèvre, mouton, pintade, tortue, lémurien, or. Et enfin, l’histoire de la famille. La forme la plus brève de cette histoire (tantara-raza) est une généalogie ou une chronique familiale : un tel épousa une femme de telle famille, ils engendrèrent… Leur fils aîné épousa une femme de telle famille… etc.

 


Copyright © 2010 DIOCÈSE (ECAR) MOROMBE. Tous droits réservés. Contactez: ecarmorombe@gmail.com