Bannière

Année pastorale 2016

Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux

Cathédrale

Construction de la nouvelle cathédrale.


Cliquez ici pour voir la progression de la construction.

Météo

Morombe °C
Tuléar °C
Antananarivo °C
  24.11.2017 Wetter Ostsee

Translation

French English German Italian Polish Portuguese Spanish

Recherche

Qui est en ligne ?

Nous avons 15 invités en ligne

Statistiques de 15/08/10

Affiche le nombre de clics des articles : 884279

Visiteurs de 30/10/11

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui53
mod_vvisit_counterHier370
mod_vvisit_counterCette semaine1494
mod_vvisit_counterCe mois8333
mod_vvisit_counterTotal visiteurs559192
Accueil Peuplement L’implantation Sakalava, Masikoro et Bara
PDF Imprimer Envoyer

Les renseignements et les traditions orales concernant l’expansion Sakalava et Masikoro sont beaucoup plus précis et beaucoup plus riches, que celles des Bara. L'implantation des Sakalava et Masikoro a eu lieu dans la deuxième moitié du XVIe siècle et plusieurs voyageurs et navigateurs occidentaux ont relaté des faits s’y rapportant. Et l'implantation des Bara a eu lieu à la fin du XVIIIe siècle.

S'il s'agit de l'implantation des Sakalava et Masikoro, on doit distinguer deux courants de migration: l’un conduit par le clan Maroserana qui formera plus tard le peuple Sakalava (actuellement les deux sous-préfectures dans le diocèse: Manja et Beroroha), le deuxième conduit par le clan Andrivola, qui déjà était regroupé sous l’appellation Masikoro (actuellement le sous-préfecture de Morombe dans le diocèse) lorsqu’il a abordé le territoire du diocèse. Les deux clans chefs étaient apparentés et se reconnaissaient des origines communes. Pour les premiers, la plaine du Mangoky n’a servi que d’étape provisoire au cours de leur migration vers le Nord, contrairement aux seconds qui ont trouvé là le terme de leur déplacement.

Les Maroserana sont probablement originaires de l’Anosy, région Nord de Fort-Dauphin. Mis en mouvement dès le début du XVIe siècle ils atteignent la côte Ouest avec leurs clans alliés et se fixent pour quelques décades sur l’actuel pays Mahafaly. De là, repartent des groupes-importants qui atteignent le Mangoky à la fin du XVIe siècle et s’installent sur la rive droite, autour de l’actuelle dépression rizicole d’Ankiliabo. Une capitale est fondée à Bengy, village encore existant à 3 km d’Ankiliabo. C’est à cette époque que l’ensemble du groupe prend l’appellation Sakalava, du nom de la rivière qui arrose Bengy et irrigue encore ses rizières. (Sakalava : rivière longue).

Les Andrivola sont également venus du Sud-est et probablement de la même région d’Anosy et du Lac Inotigy à proximité de Fort-Dauphin. Se dirigeant d'abord vers le Nord les Andrivola séjournent quelque temps dans la vallée de l’Itomampy, affluent du Mananara, puis obliquant vers le Sud-ouest, ils occupent les hautes terres de l’actuel pays Antandroy à l’Est du fleuve Menarandra. Renforcés d’autres clans de provenances diverses qui constituent dès cette date le peuple Masikoro, les Andrivola atteignent la côte Ouest au début du XVIIe siècle dans la région de Tuléar. De là, ils se répandent vers le Nord et soumettent le pays depuis l’embouchure du Fiherenana jusqu’au Mangoky dont ils occupent la rive gauche non sans conflit avec les Sakalava déjà installés.

Et enfin, les Bara qui au XIX siècle ont pénétré la région Sud-ouest, surtout la région qu'on appelle aujourd'hui "Ibara", la grande plaine entre le fleuve Mangoky et Onilahy, actuellement les trois sous-préfectures: Sakaraha, Ankazoabo et Beroroha. La région "Ibara", à cette époque-là, n'était pratiquement pas peuplé. Les pasteurs Bara, en l'occupant, y trouvent les vastes espaces nécessaires à leurs troupeaux des bœufs. Les Bara, comme toutes les autres dynasties et les clans royaux du Sud-ouest, sont probablement originaires de la région de Fort-Dauphin. D'après l'hypothèse la plus couramment admise, ils descendraient de naufragés Hindous provenant du Goudjerate ayant fait souche sur la côte Sud au XVe siècle. Ces Bara constituèrent trois royaumes dans le Sud-ouest : les Bara-Be d'Ihosy, les Bara Imamono d'Ankazoabo et les Bara Vinda de Benenitra. La dynastie régnante est la même partout: les Zafimanely.

 


Copyright © 2010 DIOCÈSE (ECAR) MOROMBE. Tous droits réservés. Contactez: ecarmorombe@gmail.com