Bannière

Année pastorale 2016

Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux

Cathédrale

Construction de la nouvelle cathédrale.


Cliquez ici pour voir la progression de la construction.

Météo

Morombe °C
Tuléar °C
Antananarivo °C
  21.09.2017 Wetter Ostsee

Translation

French English German Italian Polish Portuguese Spanish

Recherche

Qui est en ligne ?

Nous avons 104 invités en ligne

Statistiques de 15/08/10

Affiche le nombre de clics des articles : 828074

Visiteurs de 30/10/11

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui469
mod_vvisit_counterHier703
mod_vvisit_counterCette semaine2117
mod_vvisit_counterCe mois8762
mod_vvisit_counterTotal visiteurs530816
Accueil Peuplement Groupes anciens
PDF Imprimer Envoyer

Les connaissances concernant les premiers noyaux de peuplement sont fragmentaires et imprécises. Mais il est à peu près certain que les premiers occupants du Sud-ouest dont le territoire du diocèse, ont tous été des Bantu venus d'Afrique.

La population qui occupait le diocèse antérieurement au XVIe siècle semble se subdiviser d’après les provenances claniques en trois groupes principaux : un groupe d’autochtones et trois groupes d’immigrés.

La première vague de migration, à partir du IXe siècle rassemblant 8 ou 9 clans, se dit venue du Nord et d’outre-mer, c’est-à-dire des côtes d’Afrique. Le caractère marin de l’origine est net, les arrivants n’ont pas pénétré dans l’intérieur des terres et se sont installés sur la frange littorale. Les Vezo, ethnie actuelle de pêcheurs et de marins qui peuplent toute la côte Sud-ouest en un chapelet de villages depuis le Manambolo jusqu’à l’extrême Sud, se rattacheraient en partie à ce groupe.

Ces nouveaux venus ont trouvé sur place une race distincte et aborigène, ensemble de clans réduits, groupés sous l’appellation de Mikea (Une série de légendes persiste encore sur le delta au sujet des Mikea : des individus de petite taille, rusés et craintifs, erreraient dans la vaste zone impénétrable de bush épineux sur sables dunaires qui s’étend entre la plaine de Befandriana et la mer. Ils entretiendraient des relations avec certains villages Vezo de la côte, échangeant du miel et des fruits contre du poisson et des biens d’équipement au moyen d’un commerce occulte pratiqué sur certains lieux de la forêt. Les témoignages concernant les Mikea restent imprécis et contradictoires.) Ceux-ci auraient pratiqué un genre de vie forestier très primitif subsistant de la cueillette et de la capture au piège ou au filet des singes et autres petits animaux. Ils auraient connu le manioc mais non l’élevage. Dès leur arrivée, les migrants du Nord auraient contracté des alliances et les deux groupes se seraient rapidement mélangés.

Et à partir du XIIIe siècle, le deuxième groupe de migrants anciens serait, lui aussi, originaire d’outre-mer et du Nord. Certaines traditions claniques donnent des lieux de départ précis, dont l’un a pu être identifié avec Zanzibar. Contrairement aux premiers, ils se sont établis à l’intérieur des terres mais, de préférence, au bord des grands cours d’eau et des lacs.

Le Mangoky constitue pour la plupart de ces clans une deuxième étape de fixation. Beaucoup auraient abordé l’île plus au Nord dans les régions des bouches de la Tsiribihina et du Manambolo et parmi eux les Vazimba, liés aux premiers épisodes de l’histoire Merina. Quelques clans proviendraient des côtes Sud du pays Mahafaly, où aurait eu lieu leur première installation, d’autres enfin, des plateaux du Nord-est plus ou moins chassés par les Merina. L’un des clans les plus importants, les Antanandro, dont l’origine reste obscure, semble avoir donné son nom à l’ensemble des groupes installés sur le Mangoky avant l’arrivée des premiers conquérants du Sud-est.

Enfin, il convient de revenir sur les Vezo qui sont dans le Sud-ouest et dans le diocèse depuis plusieurs siècles. Originaires plus que maîtres de la terre (zanatany fa tsy tompontany), ils sont quelques dizaines de milliers sur les côtes du Sud-ouest. Il s'agit d'un peuplement étrangement divers et métissé : les Sarà sont d'origine mahafale tout comme certains clans vezo de Tuléar; d'autres descendants des Voroneoke (Saint Augustin); d'autres encore ont des parents masikoro et sakalava; d'autres viendraient d'ailleurs, du Nord probablement, à une époque indéterminée. Il semblerait pourtant que les Vezo aient leur noyau central dans le pays de Tuléar et qu'ils aient ensuite essaimé un peu partout sur la côte du Sud-Ouest de Madagascar.

 


Copyright © 2010 DIOCÈSE (ECAR) MOROMBE. Tous droits réservés. Contactez: ecarmorombe@gmail.com