Bannière

Année pastorale 2016

Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux

Cathédrale

Construction de la nouvelle cathédrale.


Cliquez ici pour voir la progression de la construction.

Météo

Morombe °C
Tuléar °C
Antananarivo °C
  24.11.2017 Wetter Ostsee

Translation

French English German Italian Polish Portuguese Spanish

Recherche

Qui est en ligne ?

Nous avons 52 invités en ligne

Statistiques de 15/08/10

Affiche le nombre de clics des articles : 884315

Visiteurs de 30/10/11

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui53
mod_vvisit_counterHier370
mod_vvisit_counterCette semaine1494
mod_vvisit_counterCe mois8333
mod_vvisit_counterTotal visiteurs559192
Accueil Nouvelles Conférence Episcopale au mois de mai 2015
PDF Imprimer Envoyer

Conférence Episcopale au mois de mai 2015

 

L’Assemblée Plénière Ordinaire des Evêque de Madagascar a eu lieu à Antananarivo du 05 mai au 13 mai 2015. Presque tous les évêques ont assisté à cette Assemblée, sauf certains évêques émérites.

 

Durant cette Assemblée, les évêque se sont penchés sur plusieurs choses : lettre pastorale sur le dialogue interreligieux (Islam et religion traditionnelle), synode national sur la famille et la vie consacrée, Congrès de l’Afrique et Madagascar sur la miséricorde divine à Kingali (Rwanda) du 09 au 14 septembre 2016, la rencontre nationale des jeunes – JMJ Mada VIII à Fianarantsoa, projet d’aide aux prêtres victimes d’alcool. Les évêques ont rencontré aussi les responsables de FFKM (organisation de quatre Eglises chrétiennes) au sujet de réconciliation nationale à laquelle ces quatre Eglises participent.

 

Et comme d’habitude à la fin de l’Assemblée, les évêques ont donné le message final.

 

Voilà ce message en version française :

 

Reçois l’Esprit qui Réconcilie

 

Message aux baptises et aux hommes de bonne volonté

Que la grâce et la paix soit toujours avec nous

 

Allons ensemble vers la célébration de la Pentecôte pour recevoir l’Esprit Saint, Conciliateur, Paix du monde, qui nous envoie pour annoncer l’Evangile. Chez nous par contre, les réalités qui sont notre quotidien sont sujet de trouble pour bien des gens : beaucoup sont déboussolés et selon l’adage populaire, « les petits ressemblent à des sauterelles sans ailes »


Des réalités que tout le monde peut constater.

 

Il est évident que l’origine des troubles qui nous secouent, provient de la paupérisation généralisée qui s’étend partout à travers l’île. La confiance mutuelle n’existe plus à chaque niveau et en tous lieux de notre cher pays.


Il semble même que certaines personnes mal intentionnées cherchent à troubler l’esprit des gens et commencent à répandre l’idée d’un tribalisme, de luttes de classe, sans parler d’une revendication excessive de la fierté régionale ou de la lignée. N’oublions jamais que nous formons une seule et unique nation : la Nation Malagasy.


Jusqu’à maintenant aucun remède n’a été trouvé pour éradiquer la corruption qui est devenue une véritable « culture » dénaturant même ce qu’est la personne. Pourquoi continue-t-on à soudoyer les gens, en achetant leur conscience, en les amenant à suivre certaines idéologies surtout au moment des élections? On corrompt le choix des citoyens en profitant de leur innocence, de leur ignorance, de leur pauvreté. On fait peur en inventant des « dossiers » et en mettant en prison ceux qui essaient de résister, fiers de leur liberté. Mensonges, tromperies enrobés de fausses promesses sont souvent les teneurs des discours.


Les richesses du pays sont dilapidées, spoliées. On ne veut pas renouveler le code minier pour qu’une petite minorité nantie puisse jouir de ces richesses car pour eux, l’argent est leur Dieu. Le pays est vendu à ceux qui ont de l’argent.


Les différentes maladies, épidémies (conjonctivites, diarrhées) sévissent un peu partout. Or les frais des soins dans les hôpitaux publics sont trop exorbitants.  Cela ne fait qu’accroître le désarroi de la population et les pousse à chercher ailleurs les soins chez des charlatans ou chez des soi-disant voyants ou guérisseurs. C’est cela qui amène les gens à suivre les innombrables sectes que la loi n’arrive plus à gérer.


On répète souvent que nous sommes dans un état de droit. Mais nombreux parmi ceux qui devraient faire respecter la loi en défendant le droit, la vie, la propriété du peuple, s’accoquinent avec des « réseaux des malfaiteurs ». Cela fait augmenter partout l’insécurité et l’injustice. Comme conséquence immédiate : les multiples tribunaux populaires, prolifération des armes sophistiquées. L'autorité de l’Etat n’est plus visible. Les gens pour se défendre et défendre leur propriété mettent en place des pactes inter villageois qui entrainent beaucoup d'excès et d'ambigüités dans leur exécution.


2 –Dans le doute il est difficile de s’entendre

 

Aujourd’hui tous nos regards sont tournés vers une réconciliation nationale et sur la refondation de la République. Certains se sont posés des questions concernant la place effective de l’Eglise Catholique, sa façon de s’impliquer dans les différentes assises aussi bien au niveau national que régional. En outre il y a eu la publication des deux lettres écrites de la Conférence Episcopale de Madagascar : L’intention n’a pas été de bloquer le processus de la réconciliation loin de là : la première demande, c’était  le report des réunions, à cause des inondations et des catastrophes, la seconde avait pour but d’acquérir plus d’informations sur l'organisation et le processus de la réconciliation. Il est dès lors de notre devoir de donner des explications pour nous éclairer.


Quelle est vraiment l’identité de l’Eglise Catholique ? L’Eglise est le Corps du Christ, elle est en quelque sorte le sacrement, c'est-à-dire à la fois le signe et le moyen de l'union intime avec Dieu et de l'unité de tout le genre humain », (LG 1). Aux Evêques et aux prêtres ont été confiés cette communion à travers l’eucharistie. C’est à cause de cette mission de communion que l’Eglise demande aux membres des hiérarchies de ne pas participer au sein des différentes structures politiques (cf. LG 1 et LG8). L’Eglise n’est pas une tour d’ivoire, enfermée sur elle-même, mais elle partage les joies et les peines de l’humanité : « Les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des hommes de ce temps, des pauvres surtout et de tous ceux qui souffrent, sont aussi les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des disciples du Christ, et il n'est rien de vraiment humain qui ne trouve écho dans leur cœur ». (GS 1) C’est pour cette raison que c’est un devoir pour l’Eglise d’enseigner, de prendre soin et d’envoyer. C’est sa responsabilité de s’occuper de l’homme et de tout homme en vue de  la réconciliation et pour la paix.


La réconciliation fait partie de sa vocation et est même un sacrement.  Il est clair que faire de la politique c’est surtout s’occuper du bien et de se mettre au service de l’homme et de tout homme mais jamais chercher son intérêt  propre, ni ceux de sa classe, ni ceux de son parti, ni ceux de sa tribu.  Certes faire de la politique n’est pas facile c’est même une sorte de martyre comme le souligne Paul VI et que le Pape François a repris, mais la politique est une des formes les plus élevées de la charité, parce qu’elle recherche le bien commun. (Dialogue avec les CVX d’Italie, 30 Avril 2015). Ne soyez pas surpris si l’Eglise parle ouvertement sur des réalités de la société surtout celles qui ne marchent pas.


Vous les laïcs, prenez vos responsabilités car votre vocation propre consiste à chercher le règne de Dieu précisément à travers la gérance des choses temporelles qu'ils ordonnent selon Dieu. (cf. LG 31) Les laïcs doivent assumer comme leur tâche propre le renouvellement de l'ordre temporel… ils ont à coopérer avec les autres citoyens suivant leur compétence particulière en assumant leur propre responsabilité et à rechercher partout et en tout la justice du Royaume de Dieu (AA 7).


Les résolutions fruit des concertations sur la réconciliation nationale tenues à Ivato ont été signées. Cela signifie-t-il que tout est résolu ? Une réconciliation authentique nécessite une parole juste et droite pour ne voir que le bien du peuple pour éradiquer la culture d’impunité. Au sein de ce processus il ne faut pas confondre vitesse et précipitation mais avancer avec prudence jusqu’à une refondation de la nation à partir de la base et cela sur tous les plans.


En outre, beaucoup de citoyens exploités par les partis trop nombreux, parce que  ne connaissant pas leurs droits et leurs devoirs sont écartés des différentes structures  qui devraient les mettre en rapport avec l'Etat. Or la raison d’être de ces structures est faite pour eux. Il est alors nécessaire qu’il y ait une véritable éducation civique et une éducation de l’identité Malagasy et cela à partir de la base. L’objectif est que nous arrivions à mettre en place des structures adaptées à la nature des Malagasy d’aujourd’hui et nous mènera vers un développement authentique et stable.


3- Unissons-nous pour aller de l’avant.

 

Les réalités vers lesquelles nous nous  dirigeons nous indiquent la tâche qui nous incombe en ce temps où nous allons célébrer la Pentecôte. Nous devons prendre notre responsabilité pour bien enraciner la foi et la vivre pour accomplir la mission qui nous attend notamment devant ces réalités de la vie que nous devons renouveler.


Premier Envoi : pour vivre le message du Pape « Africae Munus » concernant la réconciliation nationale et la paix, le Symposium des Conférences Episcopales d’Afrique et de Madagascar (SCEAM) a décidé que l’année de la réconciliation aura lieu du Juillet 2015 jusqu’ au juillet 2016 qui est aussi la célébration du jubilé du 50ème anniversaire de la naissance de SCEAM. Cette célébration coïncide avec l’année sainte de la Miséricorde. Nous faisons un appel solennel à chacun pour faire une prière fervente et continuelle, et d'accomplir des actes de miséricorde et de paix. Il y aura des directives pour les différentes  célébrations prochaines.


Deuxième envoi : La citoyenneté et la vie de baptisés nécessitent continuellement une éducation dès la base. Une étape importante sera la célébration des JMJ. Nous avons vécu depuis le dimanche des Rameaux le message du Pape François pour vivre la journée Mondiale de la Jeunesse en cette année 2015 que Jésus lui-même nous a révélé dans le discours sur la Montagne (huit béatitudes) en Mt 5. Un point principal qu’on approfondira pendant les JMJ Mada 8 sera le verset 8 : « Heureux les cœurs purs, ils verront Dieu ». Ce sera le sujet qu’on  développera, par des conférences et par des prières tout au long de ces JMJ. Les évêques de chaque diocèse donneront les directives claires car les JMJ ne sont pas de simples rassemblements de  jeunes mais c’est surtout une mission que l’Eglise confie aux jeunes et  c’est l’Eglise de Madagascar tout entière qui la prend en charge.


Troisième envoi: L’approfondissement de la foi que nous voulons, se base surtout sur la Parole de Dieu et sur la Doctrine Sociale et Ecologique de l’Eglise car l’objectif n’est pas une connaissance purement intellectuelle  mais une foi vécue au quotidien à travers tout ce que nous accomplissons. Parmi les projets importants il y a la formation des laïcs pour  qu’ils prennent leur responsabilité.


Quatrième envoi : L’adage populaire dit « qu’un arbre est bon pour la fabrication d’une pirogue c’est que le terrain où il a été planté est bon »”. Nous nous tournons vers chaque Famille, Eglise Domestique sur laquelle se fondent la sanctification et la justice de la société. Prenons nos responsabilités en éduquant et en s’occupant de nos enfants pour qu’ils soient des chrétiens convaincus et des citoyens responsables.


Cinquième envoi : Cette année est l’année des consacrés. Nous Consacrés, Evêques, Prêtres, Religieux allons partager ensemble à toutes les personnes que nous côtoyons par la parole et par les actes la joie de l’Evangile, pour les réconforter et qu’elles retrouvent espoir.


Sixième envoi : La vie de la nation doit être abordée très profondément surtout la gestion des affaires politiques. C’est une responsabilité que nous ne pouvons pas esquiver, nous avons la morale conforme à cette mission et qui est développée dans la Doctrine Sociale de l’Eglise. Cet enseignement est traduit en Malagasy.


Septième envoi: Notre pays possède des personnes compétentes et qualifiées mais ce qui nous manque ce sont des hommes d’état responsables, patriotes Nous voulons bâtir une société où chaque homme et tout homme s’épanouit, nous nous tournons alors vers vous hommes et femmes, fils et filles  de cette nation, imprégnés de patriotisme, prenez votre responsabilité et engagez-vous avec justice.


Huitième envoi : Avec vous les Sages selon la Tradition, Chefs de villages,  nous allons travailler ensemble pour mettre en relief les valeurs Malagasy pour défendre la dignité de la nation malagasy et ses richesses qui ne doivent jamais être  échangeables ni vendables.


Neuvième envoi : Vous les Responsables de l’éducation. Le nouveau programme de l’éducation de base va être publié très bientôt. Nous espérons que vous avez regardé méticuleusement l’avenir de la grande majorité de nos jeunes en mettant en relief un objectif et un projet qui feront épanouir et développer l’homme et tout l’homme. Ne soyez pas de simples imitateurs des programmes préparés ailleurs pour avoir uniquement « des financements » car cela risque d’enfoncer encore une fois de plus le pays et la génération future dans un avenir sombre. Ne vous laissez pas tromper par les belles présentations car vous risquez de rejeter les vraies valeurs concernant la personne humaine (Gen 1, 27). La théorie du gender détruit l’identité naturelle de la personne humaine, en annulant la différence sexuelle. Au lieu de nous porter vers un authentique progrès elle risque de nous induire en erreur en nous faisant croire que Dieu s’est trompé et surtout qu’il nous a  « mal  créés ».


Dixième envoi : Tout cela exige de la part de l’Etat central de l’audace pour s’engager dans une vraie décentralisation effective et une gestion transparente. Qu’il y ait une authentique volonté politique et un vrai patriotisme au niveau de l’exécutif pour le développement du pays car la confiance entre le peuple et les responsables de l’état est très mince. Car malheureusement ce qu’on constate partout c’est l’amour de l’argent et du parti.


Que nous soyons « un véritable corps » comme nous l’enseigne St Paul et prenons comme premier devoir de nous occuper des membres faibles pour que ces derniers puissent trouver les nourritures spirituelles, corporelles et intellectuelles adéquates. Confions tous nos efforts pour relever notre pays à la Sainte Vierge, Première Patronne de Madagascar.


Nous Evêques nous implorons la bénédiction divine sur vous.

Antananarivo, le 13 mai 2015,

Fête de Notre Dame de Fatima, Portugal

 

Mgr TSARAHAZANA Désiré, Arsevekan’i Toamasina, Filohan’ny Fivondronamben’ny Eveka eto Madagascar

Mgr RAMAROSON Marc Benjamin, Arsevekan’Antsiranana, Filoha lefitra

Mgr RANAIVOMANANA Philippe, Evekan’Antsirabe, Sekretera Jeneraly

Mgr RAZANAKOLONA Odon Marie Arsène, Arsevekan’Antananarivo

Mgr RABEONY Fulgence, Arsevekan’i Toliary

Mgr RABEMAHAFALY Filgence, Arsevekan’i Fianarantsoa,

Mgr Georges VARKEY,  Evekan’i Port-Bergé

Mgr ROSARIO Saro Vella, Evekan’Ambanja

Mgr RAKOTONDRAJAO Roger Victor, Evekan’i Mahajanga

Mgr RAOELISON Jean de Dieu, Evekan’Ambatondrazaka

Mgr DI PIERRO Gaetano, Evekan’i Moramanga

Mgr RANDRIAMAMONJY Marcellin, Evekan’i Fenoarivo Atsinanana

Mgr BOMBIN ESPINO Gustave, Evekan’i Tsiroanomandidy

Mgr RANDRIANARISOA Jean Claude, Evekan’i Miarinarivo

Mgr RAKOTONARIVO Fidelis, Evekan’Ambositra

Mgr CAIRES DE NOBREGA José Alfredo, Evekan’i  Mananjary, Administrateur Apostoliquen’i Farafangana

Mgr RAZAKARIVONY  Fulgence, Evekan’Ihosy

Mgr RAKOTOZAFY Vincent, Evekan’i Tolagnaro

Mgr ROBASZKIEWICZ Zygmunt, Evekan’i Morombe

Mgr RAHARILAMBONIAINA Marie Fabien, Evekan’i  Morondava

Mgr MALO Michel,  Evêque Emérite d’Antsiranana

Mgr RANDRIAMBOLOLONA Philibert, Archevêque Emérite de Fianarantsoa

Mgr RAZAKARIVONY Raymond, Evêque Emérite de Miarinarivo

Mgr SCOPELLITI Antoine, Evêque Emérite d’Ambatondrazaka

Mgr ZEVACO Pierre, Evêque Emérite de Tolagnaro

Mgr PELLETIER Donald, Evêque Emérite de Morondava

Mgr TOASY Armand, Evêque Emérite de Port-Berger

 


Copyright © 2010 DIOCÈSE (ECAR) MOROMBE. Tous droits réservés. Contactez: ecarmorombe@gmail.com