Bannière

Année pastorale 2016

Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux

Cathédrale

Construction de la nouvelle cathédrale.


Cliquez ici pour voir la progression de la construction.

Météo

Morombe °C
Tuléar °C
Antananarivo °C
  26.09.2017 Wetter Ostsee

Translation

French English German Italian Polish Portuguese Spanish

Recherche

Qui est en ligne ?

Nous avons 15 invités en ligne

Statistiques de 15/08/10

Affiche le nombre de clics des articles : 830695

Visiteurs de 30/10/11

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui106
mod_vvisit_counterHier542
mod_vvisit_counterCette semaine648
mod_vvisit_counterCe mois10724
mod_vvisit_counterTotal visiteurs532778
Accueil "Longo"
PDF Imprimer Envoyer

Pourquoi « Longo » (loungou) ?

Ce mot « Longo » qui vient du dialecte malgache du Sud-Ouest, signifie littéralement ami, famille proche, celui qu’on aime vraiment.

Ce mot donc suggère et symbolise tout ce que voudrait être les articles présentés dans ce cycle : un ami très proche du lecteur ; un ami qui ne cache rien de sa conviction de foi et de son amitié avec Dieu, mais qui respecte toute autre manière de penser et de voir ; un ami toujours disponible lorsqu’on fait appel à lui sur les sujets qui relèvent de sa compétence, et qui s’efforce de les exposer de manière accessible.

Et oui, sous ce mot « Longo », c’est une double amitié qui se propose, sans jamais vouloir pour autant s’imposer.

 

Chercher

Savoir chercher ou savoir rechercher est un attribut de l’homme le plus noble. L’homme recherche toujours, par exemple : il fait des recherches sur les meilleurs conditions de la vie par la technologie, informatique, médecine, etc., mais il fait aussi des recherches sur le sens de la vie et sur celui que l’on appelle Dieu. Comme nous raconte saint Augustin : « J’ai interrogé la terre, et elle m’a répondu : ce n’est pas moi ton Dieu. Tout ce qui vit à sa surface m’a fait la même réponse. J’ai interrogé la mer et les êtres qui la peuplent et ils m’ont répondu : nous ne sommes pas ton Dieu, cherche plus haut que nous. J’ai interrogé l’eau et le vent et ils m’ont répondu : nous ne sommes pas Dieu. J’ai interrogé le ciel, le soleil, la lune et les étoiles : nous ne sommes pas non plus le Dieu que tu cherches, m’ont-ils affirmé. Alors j’ai dit à tous les êtres que je connais par mes sens : parlez-moi de mon Dieu puisque vous ne l’êtes point, dites-moi quelque chose de lui… et ils m’ont crié de leur voix puissante : c’est lui qui nous a fait ».

Et oui, en cherchant on découvre Dieu, mais pour l’atteindre, c’est une autre histoire. Souvent on se décourage vite dans ces démarches. Un dicton des Vezo, le tribu des pêcheurs qui vivent sur la côte Sud-Ouest de Madagascar donc dans le diocèse de Morombe, raconte : pour trouver les concombres de mer qui sont au fond de la mer, nous devons, sans nous lasser, plonger et replonger. Si un seul plongeon dans la mer ne nous fait pas trouver de concombres de mer, n’en concluons pas que la n’en contient pas…

De même, si nous n’arrivons pas à voir ou à atteindre Dieu immédiatement après quelques efforts, ne perdons pas courage. Poursuivons patiemment notre recherche et nous pouvons être certains d’obtenir la grâce.

Les articles présentés dans ce cycle, peut être, pourront nous aider dans nos recherches. Si c’est le cas, merci à Dieu. Nous attendons aussi vos suggestions et observations pour pouvoir améliorer ce cycle, merci d’avance.

 


Copyright © 2010 DIOCÈSE (ECAR) MOROMBE. Tous droits réservés. Contactez: ecarmorombe@gmail.com