Bannière

Année pastorale 2016

Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux

Cathédrale

Construction de la nouvelle cathédrale.


Cliquez ici pour voir la progression de la construction.

Météo

Morombe °C
Tuléar °C
Antananarivo °C
  21.09.2017 Wetter Ostsee

Translation

French English German Italian Polish Portuguese Spanish

Recherche

Qui est en ligne ?

Nous avons 97 invités en ligne

Statistiques de 15/08/10

Affiche le nombre de clics des articles : 828066

Visiteurs de 30/10/11

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui469
mod_vvisit_counterHier703
mod_vvisit_counterCette semaine2117
mod_vvisit_counterCe mois8762
mod_vvisit_counterTotal visiteurs530815
Accueil Croyances
Le culte des ancêtres PDF Imprimer Envoyer
Tous malgaches croient à l’existence d’un dieu créateur, qu’ils appellent « Zanahary », ou encore « Andriamanitra » (le prince parfumé). Mais ce dieu est lointain, alors on s’adresse plutôt aux ancêtres qui sont les véritables médiateurs entre les hommes et le monde surnaturel. On les invoque dans toutes les occasions rituelles pour qu’ils protègent leurs descendants.
Il n’y a pas de temple ni d’église, on trouve des poteaux de bois effilés (hazomanga) sur l’aire de terre battue, près du coin est de la maison du chef de lignage (mpitankazomanga) ; ou bien des pierres levées. Les sacrifices de zébus, les circoncisions, les rituels conjuratoires y ont lieu.

Les sources, les arbres, les rochers sont également des lieux de culte : on imagine qu’ils sont habités par des forces surnaturelles qu’on essaie de se concilier par des offrandes.

Mais il y a aussi de nombreux êtres surnaturels, gnomes, nains, êtres difformes, chevelus et griffus, plus ou moins maléfiques : on les appelle « biby, angatra, zavatra, olo-biby ».

Des rivières et des étangs sortent des ondines, les « zazavavindrano », qui attirent les hommes au fond des eaux.

Les malgaches croient aussi à l’existence des « kokolampy ou koko », des anges gardiens qui protègent les enfants et veillent à leur éducation. Autrefois, on rencontrait des enfants aux cheveux emmêlés de dreadlocks, comme des petits rastas : on disait que c’était leurs anges gardiens qui les coiffaient.

 


Copyright © 2010 DIOCÈSE (ECAR) MOROMBE. Tous droits réservés. Contactez: ecarmorombe@gmail.com