Bannière

Année pastorale 2016

Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux

Cathédrale

Construction de la nouvelle cathédrale.


Cliquez ici pour voir la progression de la construction.

Météo

Morombe °C
Tuléar °C
Antananarivo °C
  21.11.2017 Wetter Ostsee

Translation

French English German Italian Polish Portuguese Spanish

Recherche

Qui est en ligne ?

Nous avons 27 invités en ligne

Statistiques de 15/08/10

Affiche le nombre de clics des articles : 882555

Visiteurs de 30/10/11

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui17
mod_vvisit_counterHier269
mod_vvisit_counterCette semaine286
mod_vvisit_counterCe mois7125
mod_vvisit_counterTotal visiteurs557984
Accueil Pastorale Annonce proprement dite de l’Evangile
PDF Imprimer Envoyer

Les œuvres décrites montrent que l’Eglise du diocèse s’efforce de continuer le service de l’homme commencé par son seigneur sur les bords du lac de Tibériade, ou au cours de ses visites dans les villes et villages, attentif aux combats des hommes et à leur quête de paix.

Mais elle n’oublie pas que sa première mission, celle qui donne tout leur sens à ces œuvres, est de crier : « Le temps est accompli, et le Règne de Dieu s’est approché : convertissez-vous et croyez à l’Evangile ». (Mc 1,15)

La question primordiale est celle du sens, celle justement qui est au cœur de l’Evangile des Béatitudes : « Quel avantage l’homme a-t-il à gagner le monde entier, s’il le paye de sa vie ? ». (Mt 16,26)

Annoncer l’Evangile, pour l’Eglise du diocèse, c’est annoncer la parole qui donne tout leur sens aux efforts que l’homme déploie pour s’assurer de quoi manger, boire et se vêtir.

Tout d’abord la propagation de la foi se fait auprès des toutes personnes et avec les méthodes traditionnelles : tournées et visites de prêtre dans les communautés de base ; enseignement de la religion pour les adultes tous les dimanches et jours de fêtes avant la Messe ou la célébration de la Parole de Dieu ; catéchèse ; catéchisme et préparation aux Sacrements ; réunions et sessions ; célébrations des grands événements et journées des différentes catégories des personnes, par exemple : journée des malades, semaine œcuménique, missionnaire, etc. ; prédications, retraites et récollections spirituelles ; mouvements catholiques.

Culture et christianisation du sens de Dieu

Comme tous les peuples qui ne sont pas encore déformés par la science ou grisés par le progrès matériel, les gens du diocèse ont un sens profond de Dieu. Malheureusement, le Dieu auquel ils croient conformément à leur culture traditionnelle, est cette toute Puissance aveugle et despotique qui mène le monde et l’histoire des hommes à sa guise. Aussi, le fameux aphorisme : « l’homme propose mais Dieu dispose » est très ancré dans la mentalité qui l’exprime les concepts de « lahatra, anjara, tsiny, tody, etc ». (prédestination)

Dans notre catéchèse, nous nous basons sur la révélation du Père faite par Jésus Christ, pour inverser l’aphorisme de façon suivante : « Dieu propose, mais l’homme dispose ». Dieu est l’aimant qui cherche en l’homme un vis-à-vis pour engager un dialogue d’amour dans le plein respect de la liberté humaine. Si donc « lahatra » (prédestination), il y a, ce « lahatra » ne peut être que l’expression de son amour pour nous.

Eveil du sens de la responsabilité et de la liberté dans la vie morale

Conséquence de cette présentation de Dieu-Amour, nous essayons de libérer la morale de l’infantilisme du permis et défendu. La morale évangélique n’est pas un code de bonne conduite, où sont énumérées les bonnes actions à faire, et les mauvaises à éviter. La morale évangélique est fidélité à quelqu’un avec lequel nous sommes librement engagés dans une Alliance d’Amour. Il s’agit donc d’être fidèle à cet engagement, avec toutes les exigences de l’amour.

Catéchèse plus biblique et plus approfondie

Notre catéchèse, pour dépasser le catéchisme de première Communion, essaie de mettre les gens de façon pratique en contact avec la Bible, par des textes choisis dont s’inspire l’enseignement. Pour cela, les chants sont d’un grand secours.

Nous profitons également de la préparation aux Sacrements, pour approfondir le sens du symbolisme sacramentel et éviter l’écueil des rites magiques. C’est l’occasion pour expliquer de façon concrète autant que faire se peut l’action de l’Esprit Saint qui, par le truchement des signes sacramentels, nous met en contact avec le Christ Ressuscité.

Ici, il faut ajouter que le deuxième évêque du diocèse Mgr Hafner Alwin Albert a fait beaucoup des efforts pour mettre en place la catéchèse approfondie et claire en insistant sur la formation des catéchistes. Les fruits de ses efforts, nous avons plusieurs, pour ne pas dire tous, catéchistes formés dans les centres catéchétiques et la catéchèse est bien en place.

Nous utilisons aussi les vidéocassettes et CD sur la Bible ou des scènes du Nouveau Testament.

Catéchèse et liturgie

Persuadés de l’intime liaison entre catéchèse et liturgie, nous essayons d’insister sur la catéchèse par les rites et la catéchèse des rites.

Les rites ne sont-ils pas l’audiovisuel le plus accessible ? Ils ont ceci de très éducatif qu’ils corrigent le caractère forcément abstrait de l’enseignement systématique des manuels de catéchisme.

Nous nous servons de la catéchèse pour l’éducation de la foi. Mais la formation catéchétique, qui éclaire et fortifie la foi, nourrit en même temps la vie selon l’esprit du Christ, achemine à la participation active et consciente aux célébrations liturgiques et doit inciter à l’apostolat.

Œcuménisme

Notre œcuménisme a beaucoup à souhaiter. Nous sommes fidèles à la semaine de prières pour l’unité des chrétiens. Nous prions ensembles pour le pays et la nation à l’occasion des fêtes comme la fête nationale ou la fête de l’indépendance, ou encore d’autres fêtes. Les Eglises s’entraident dans la propagation de la Bible, dans les questions financières, notamment quand il y a un « vokatra » (kermesse).

A part cela, même si nous avons dépassé le stade de relations à couteaux tirés, il n’y pas de recherche doctrinale ensemble. Nous nous sentons d’ailleurs bien incapables de la faire ; force nous est d’attendre ce qui se cogite ailleurs.

Eveil du sens de la Justice

Dans ce Sud-Ouest où appartiens le diocèse victime de tant d’injustices sociales, nous nous sentons le devoir d’éduquer les chrétiens au sens de la Justice, pour une Paix construite sur une base solide. La première forme que prend cette éducation est la lutte contre les mauvais aspects du « fihavanana » (bonnes et responsables relations humaines) qui autorisent assez fréquemment à aller contre sa conscience humaine et chrétienne. Pour réaliser cela, nous avons dans chaque paroisse le mouvement « Justice et Paix » qui s’efforce à propager et enseigner la doctrine sociale de l’Eglise.

Agents de l’évangélisation

Nous essayons d’avoir une Eglise de moins en moins cléricale, en rappelant aux laïcs leur rôle indispensable et irremplaçable pour l’Evangélisation. Toutes les catégories du Peuple de Dieu doivent prendre une part active à la mission de l’Eglise, chacun selon sa vocation : depuis les enfants du IK, jusqu’aux adultes MDMK et FIFAKRI, en passant par les mouvements de jeunes tels que VK, EKA, FTMTK, TAMPIKRI, sans oublier surtout les catéchistes et les comités des églises. Pour ces derniers, une attention particulière est donnée à leur formation et responsabilité.

Les catéchistes à plein temps sont du nombre de 33 dont les 6 femmes. Tous ces catéchistes sont diplômés d’une école catéchétique. Parmi eux, les 11 ont étudié au Centre National d’Antananarivo, et les restes (22) à l’Ecole Normale de Fianarantsoa (école d’Archidiocèse du Sud).

Les 11 catéchistes qui ont fini le Centre National, on les appelle des « catéchètes » : ils assurent l’enseignement religieux dans les écoles secondaires catholiques (classes: 6ème à la 3ème), dans les Lycées et CEG (écoles publiques). Ensuite ils s’occupent de la préparation de certains Sacrements, de la formation religieuse continue des instituteurs des écoles catholiques et des catéchistes à temps partiel et bénévoles.

Parmi eux, 5 sont engagés dans le bureau permanent de la catéchèse à l’Evêché : préparation des programmes et fascicules de la catéchèse pour les élèves des écoles catholiques et pour les chrétiens adultes de chaque dimanche de l’année. Ils préparent aussi les programmes pour la formation des catéchistes et pour la préparation aux Sacrements.

Ensuite il y a 11 catéchistes (un par district en général) qu’on appelle les « visiteurs ». Ils ont la responsabilité pour toute une région (district). Leur action est suivante : accompagner le prêtre dans ses tournées en brousse ; être tout près des catéchistes et des chrétiens en brousse par les visites fréquentes ; aider les catéchistes dans leur travail pastoral direct ; préparer avec le prêtre des réunions (mensuelles ou bimensuelles) de formation catéchétique, liturgique, biblique, sacramental pour des catéchistes de brousse ; appliquer des suggestions et normes données par le bureau permanent pour qu’il y ait l’unité et l’uniformité diocésaine dans l’action pastorale et la propagation de la foi.

Et finalement il y a aussi les 11 catéchistes (un ou une par district) qui habitent au centre du district. Ils s’occupent de la catéchèse et de la liturgie dans l’Eglise du centre. On peut résumer leur travail en soulignant : la préparation des enfants et adultes aux Sacrements ; l’enseignement du catéchisme aux élèves des écoles publiques ; les visites des malades et familles en difficultés ; l’animation des mouvements catholiques différents ; la préparation avec les groupes liturgiques des Messes et célébrations ; en absence du prêtre ces sont eux qui dirigent la liturgie de la Parole de Dieu, prêchent, distribuent la Sainte Communion.

En un seul mot on doit avouer qu’on voit mal le progrès de notre l’Eglise locale sans les catéchistes à plein temps.

Il y a 59 catéchistes à temps partiel dont 26 femmes et 86 catéchistes bénévoles dans les communautés catholiques en brousse. Ces catéchistes : dirigent la célébration de la Parole de Dieu ; enseignent la catéchèse aux enfants des écoles publiques ; préparent des adultes et enfants aux Sacrements ; animent les mouvements catholiques pour des adultes, jeunes et enfants.

Il y a aussi 285 enseignants catholiques dont 126 femmes qui font le catéchisme tous les jours dans les écoles catholiques.

De la réalité à l’idéal, le chemin est encore bien long. L’engagement des laïcs dans la vie quotidienne reste discret : vie de la famille, conscience professionnelle et chrétienne dans le travail quotidien et de la vie dans le voisinage. D’ailleurs, certaines lourdeurs historiques, du côté du clergé, sont difficiles à éliminer.

 


Copyright © 2010 DIOCÈSE (ECAR) MOROMBE. Tous droits réservés. Contactez: ecarmorombe@gmail.com