Bannière

Année pastorale 2016

Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux

Cathédrale

Construction de la nouvelle cathédrale.


Cliquez ici pour voir la progression de la construction.

Météo

Morombe °C
Tuléar °C
Antananarivo °C
  24.11.2017 Wetter Ostsee

Translation

French English German Italian Polish Portuguese Spanish

Recherche

Qui est en ligne ?

Nous avons 56 invités en ligne

Statistiques de 15/08/10

Affiche le nombre de clics des articles : 884320

Visiteurs de 30/10/11

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui53
mod_vvisit_counterHier370
mod_vvisit_counterCette semaine1494
mod_vvisit_counterCe mois8333
mod_vvisit_counterTotal visiteurs559192
Accueil Pastorale Des œuvres de développement
PDF Imprimer Envoyer

Les écoles

Prenant une part active à la lutte contre l’analphabétisme, l’Eglise a ouvert des centres d’enseignement soit des écoles primaires, soit des écoles secondaires, soit des lycées. Ici, il faut louer Mgr Zimmermann Joseph Engelbert, premier évêque du diocèse par sa sagesse et vision de développement durable par l’enseignement et éducation. Dès le début du diocèse, il a ouvert lui-même plusieurs écoles aux centres des districts et en brousse, et il a encouragé des prêtres et des religieuses de faire pareillement.

Ainsi à :

Morombe :
  • une école maternelle, avec 169 élèves
  • une école primaire, avec 450 élèves
  • une école secondaire, avec 341 élèves
Andavadoaka :
  • une école maternelle, avec 81 élèves
  • 17 écoles primaires, avec 982 élèves
  • une école secondaire, avec 122 élèves
Ambahikily :
  • 8 écoles maternelles, avec 221 élèves
  • 10 écoles primaires, avec 1.158 élèves
  • une école secondaire, avec 228 élèves
Tanandava :
  • une école maternelle, avec 110 élèves
  • 2 écoles primaires, avec 452 élèves
  • une école secondaire (6ème seulement), avec 39 élèves
Ankiliabo :
  • une école maternelle, avec 97 élèves
  • 2 écoles primaires, avec 299 élèves
Manja :
  • une école maternelle, avec 120 élèves
  • 6 écoles primaires, avec 710 élèves
  • une école secondaire, avec 349 élèves
  • un lycée (seconde seulement), avec 46 élèves
Befandriana-Sud :
  • une école maternelle, avec 80 élèves
  • 18 écoles primaires, avec 1.382 élèves
  • une école secondaire, avec 107 élèves

Ankazoabo :
  • une école maternelle, avec 208 élèves
  • 11 écoles primaires, avec 898 élèves
  • une école secondaire, avec 252 élèves

Berenty :
  • 7 écoles primaires, avec 389 élèves

Fanjakana :
  • une école maternelle, avec 75 élèves
  • 5 écoles primaires, avec 603 élèves
  • une école secondaire, avec 193 élèves

Dans ces divers établissements scolaires, collaborent effectivement les prêtres, les religieuses et les laïcs, délivrant un enseignement et une éducation de qualité que tout le monde reconnait.

Ensuite dans le Diocèse on insiste sur la propagation de la foi par ces écoles et collèges catholiques, par exemple fin d’année 2009 nous avons 104 écoles avec 10.161 élèves dont 4.933 sont déjà catholiques, 1.892 sont des chrétiens non catholiques et 3.336 sont des non chrétiens (presque tous d’issue de religion traditionnelle malgache).

Les résultats obtenus par ces écoles catholiques sont encourageants – 60 et 70% de total des néophytes ; il est de même pour les Premières Communions et Confirmations. Aussi d’anciens élèves de nos écoles sont maintenant les séminaristes, petits séminaristes, religieuses, prêtres, catéchistes, instituteurs dans le Diocèse.

Formation hors cadre

Les sessions de développement données aux jeunes qui adhèrent ou non à nos mouvements. Par exemple, pour les jeunes ruraux désireux de prendre en main leur avenir du FTMTK, des sessions périodiques sont organisées, où l’effort porte sur la nécessaire et urgente protection de l’environnement, en particulier par le reboisement, sans négliger la formation agricole, l’éducation à l’hygiène, l’éducation à la vie, etc.

De même, sont organisées, un peu partout, des sessions de promotion féminine, où l’on apprend aux filles tout ce qui peut les préparer à être épouses et mères à la hauteur de leur mission de femmes. Il est bon, cependant, de souligner le danger de ce genre de promotion féminine, si elle n’est pas basée sur une instruction solide. La triste situation des filles dans la brousse du diocèse est très connue : elles sont contraintes par les coutumes, à contracter un mariage très précoce, la plupart du temps à peine ont-elles atteint l’âge de 14 ou 15 ans au maximum. Ce qui les réduit à n’être que des mères porteuses de la descendance du mâle.

 


Copyright © 2010 DIOCÈSE (ECAR) MOROMBE. Tous droits réservés. Contactez: ecarmorombe@gmail.com